1.12.17

Disjonction

 Sans ciel, sans soleil, et, désormais, sans la possibilité de produire ou de post-produire des photographies, c'est-à-dire de manipuler des images, je me suis vu contraint de délaisser ce blog et d'en ouvrir un autre, intitulé Jonctions, pour des raisons que je donne sur Impulsion. Donc, à mon grand regret, et ceci jusqu'à nouvel ordre, je ne publierai plus sur Sans ciel ni soleil. Pasa la vida...

18.11.17

Blogging



— T'as peut-être besoin du PC, hein ?

24.10.17

Sunshine

 Plenty of sunshine. Turning warmer. High around 25°C. Winds N at 15 to 25 km/h.

11.10.17

Lazy

 Lazy : le plus beau mot de la langue anglaise, celui qui sonne le mieux à mon oreille. Dommage qu'il n'y ait pas, en langue française, d'équivalent à la sonorité aussi concise pour signifier l'indolence ou la nonchalance — termes qui conservent pourtant pas mal de charme.

9.10.17

L'Expérience

À celui qui, errant à travers la brume et la nuit,
Dans un putride marécage, tout recouvert de boue,
L’Expérience, telle l’aube qui point, vient lui révéler
Chaque trou d’eau dans lequel il n’est pas encore tombé.

Ambrose Bierce, Le dictionnaire du diable  

8.10.17

La colère


 Et les femmes s’en retournaient, rapidement, sans bruit, dans les maisons, en poussant les enfants devant elles. Elles savaient qu’un homme blessé et perplexe à ce point peut tourner sa colère contre ceux qu’il aime. Elles laissaient les hommes seuls à réfléchir et à tracer des raies dans le sable.
John Steinbeck, Les Raisins de la colère, 1939 

Egalité

Dieu a fait les hommes différents.
Colt les a rendus égaux.
Samuel Colt   

7.10.17

Le ciel



 Depuis deux ans, maintenant, Magpie, assassinée, ne traverse plus le ciel dès l'aube pour venir prendre son petit déjeuner en notre compagnie.

Szemeddel


4.10.17

Prévisions

Today: Mostly Sunny. High 24°C. Winds E at 10 to 15 km/h.
Tomorrow: Sunny. High 27°C. Winds WSW at 10 to 15 km/h.

1.10.17

L’horizon

L’horizon du problème réside dans le fait que tu feras ce que tu peux plutôt que ce que tu dois.
Kostas Axelos - 1972   

Waiting for Godot

Emplettes

 Penser à acquérir un fusil, calibre 12, et une boite de chevrotines. Une boîte devrait suffire, dans un premier temps, à élargir, assainir et pacifier notre espace vital.

Octobre

Partly cloudy. High around 25°C. Winds WNW at 10 to 15 km/h.

 C'est sous le signe de cette prévision météorologique que commence la première journée du mois d'octobre. Prévision qui peut se résumer à une atmosphère climatique tempérée. Pour l'instant, donc, pas ciel orageux en vue, pas de tempête à redouter. Pour l'instant... Pour l'instant seulement, car nul n'est en mesure de prévoir et de prédire de quoi seront fait les jours à venir. Sauf Saki !

Let Go

29.9.17

Postérité

 Un bon écrivain est un écrivain mort : une femme, un homme ou autre entité encore dont on fleurit toujours la tombe. Les écrivains vivants ne sont que des cadavres en devenir, parmi tous les cadavres sachant écrire ou non. Seuls ceux qui laisseront de belles feuilles imprimées sur lesquelles se pencheront avec émotion de rares lecteurs appartenant aux générations à venir pourront alors être reconnus comme écrivains. Restent tout de même, parmi les vivants, quelques rares auteurs avec un pied engagé dans la tombe qui peuvent d'ores et déjà penser, non sans une certaine assurance, que leur sépulture sera régulièrement fleurie. Cela en admettant qu'il puisse encore exister plus tard de véritables lecteurs, ce qui me semble presque improbable.

Restart the game

 Ceci représente le 7e billet rédigé en ce mois de septembre finissant. Soit la moitié des billets publiés en août ; mois qui n'est vraiment pas fameux au regard de la quantité des publications. Mais, puisque je n'ai aucun challenge — loin de moi cette idée — à satisfaire, je ne dois pas déplorer cet état de fait. Je regrette seulement, en cette période de phrases maigres, la faiblesse de ma volonté à mettre en mots plus de textes que je n'ai pu le faire. Car moins j'écris, moins je ne m'encourage à augmenter le nombre de billets sur ce blog – où ailleurs. Saki me demande de ne pas me résigner. « Ce n'est là qu'un passage à vide » dit-il. Saki perçoit en moi l'éveil d'un renouveau. Saki, je le sais, ne se trompe jamais.

28.9.17

Résidence

  •  Bâtiment A : connards à tous les étages
  •  Bâtiment B : connards à tous les étages
  •  Bâtiment C : connards à tous les étages*
*Au 4e étage, deux personnes échappent à la règle : Saki et moi.

Peace & Love

Profession : rédacteur scrupuleux de slogans Amour & Paix.

27.9.17

Une vie

Le monde ne te fera pas de cadeau, crois moi.
Si tu veux avoir une vie, vole-la.
Lou Andréas Salomé  

17.9.17

Saki au quotidien





 

Samedi



 Il y a, au cours d'une existence, certains jours maudits qui incitent à tout laisser tomber, des jours qui coupent la faim de vivre. Ces jours arrivent sans s'annoncer. Le soleil se lève et ils sont là. Il ne reste alors qu'une possibilité : retourner se coucher et attendre patiemment que la Terre tourne à 360° sur son axe penché. La journée d'hier est désormais inscrite dans le registre des jours maudits. Heureusement, ce fût loin d'être le plus maudit de tous. Saki et moi, nous avons connu bien pire.

12.9.17

Septembre



 Le mois de septembre est enfin là. Ce n'est pourtant qu'en ce début de soirée que je prends le temps de rédiger le premier billet daté de ce mois-ci. Les jours précédents n'auront pas été fastes à la confection de phrases plus ou moins signifiantes, celles qui me permettent de revenir sur mes écrits, longtemps après les avoir publiés, pour me remémorer l'atmosphère des périodes oubliées ou presque, incertaines en tout cas. La vague de chaleur humide, qui a submergé la majeur partie de l'été, s'est enfin retirée et le vent du Nord permet de respirer un air frais et sec. Cela rend l'existence beaucoup plus supportable, même si “la rentrée”, avec l'augmentation inéluctable de la pression démographique, tempère largement cette sensation, l'illusion d'une vie plus agréable. Mais, ne nous plaignons pas, Saki et moi, nous pouvons désormais nous passer du bruit émis par le ventilateur et nos nuits, plus longues déjà, ainsi que nos siestes sont bien meilleures. Dans ces conditions, j'ai pu fabriquer quatre pages pour Traverses, inscrites dans la rubrique : ZONE. D'autres devraient suivre. Par ailleurs, je recommence à lire avec une plus grande assiduité, alors que même cette activité — l'une de mes favorites — s'en été trouvée amoindrie en raison du climat détestable. Le stock des réserves alimentaires est au plus haut niveau, je n'aurais plus à me soucier d'avoir à faire quotidiennement des emplettes dans les jours qui viennent. Enclenchons la vitesse de croisière...

30.8.17

Seul

Il nous faut être seul et abandonné de tous pour aborder un travail de l'esprit.
Thomas Bernhard, Béton  

27.8.17

Le doute



– T'en es bien sûr ?

25.8.17

Kärcher

 Profession : déboboïsateur de maigres cervelles avachies.

24.8.17

Hope & Pray

20.8.17

Vent du Nord

 La journée devrait être moins désagréable que les précédentes puisque le vent a basculé dans la soirée d'hier et vient maintenant du Nord faisant chuter ainsi le taux d'hygrométrie dans l'air :
Sunday 08/20 — Sunny. High 31C. Winds N at 15 to 30 km/h. | Sunday Night 08/20 — Clear skies. Low 18C. Winds N at 15 to 25 km/h.
Il ne me reste plus qu'à envisager d'occuper au mieux cette belle journée en la consacrant à la lecture, par exemple.

17.8.17

Sans

 Bloqué contre la barrière de l'instant, impossible de lancer un regard par dessus le mur du présent. Sans rêve, sans cauchemar, sans illusion, sans lendemain.

16.8.17

Sieste

 Les prévisions faites, ce matin, par Weather Underground sont exactes : il fait 32°C, le ciel est voilé, le taux d'hygrométrie est de 49%, mais heureusement le vent vient de basculer et souffle maintenant du Nord. Les courses sont faites. J'ai des cigarettes pour trois jours. Saki ne manquera pas de bons pâtés et il a aura bientôt de l'herbe fraîche pour ses petits déjeuners. Nous venons de prendre un solide repas. Reste à s'allonger — Saki m'a précédé — pour lire un moment et peut-être bien dormir encore un peu.

Prévisions

 Wednesday 08/16 : Partly cloudy this morning, then becoming cloudy during the afternoon. High near 30°C. Winds S at 10 to 15 kmh.

15.8.17

Sans ciel ni soleil

 J'ai fait permuter les termes “soleil” et “ciel”, inscrits dans le titre de ce blog, je ne sais combien de fois, au point de ne pouvoir me rappeler quel est le titre original. A l'instant, je résiste âprement à une énième permutation.

Rédaction

 Tout au long de ce début de soirée, j'ai pensé à la rédaction d'un nouveau billet. Pourtant, le dashboard de Blogger ouvert, l'envie d'écrire s'est immédiatement volatilisée. Je pense remettre cette idée à demain. Je pourrai alors parler du taux de mortalité sur les routes de France qui a sensiblement baissé depuis la fin de l'année dernière, c'est-à-dire depuis le moment où je n'ai plus eu de voiture à conduire. Un thème comme un autre.

Pain And Misery


14.8.17

Marcher



 Saki et moi, nous avons délaissé le petit arpent de Mauvaises herbes où nous étions installés depuis le mois de février dernier. Nous n'avons pas eu à marcher très longtemps pour découvrir un territoire Sans soleil ni ciel qui sera désormais notre nouvel abri. Ce refuge, inconnu de tous pour l'instant, nous permettra de ressembler nos forces déraisonnablement gaspillées au cours des six mois précédents. A peine arrivés, les sacs de voyages pas encore défaits, Saki s'est rapidement réinstallé et trouve cet endroit convenable. Il le pense suffisamment éloigné de cette putain de civilisation avec laquelle nous ne cessons de marquer nos distances en la repoussant toujours plus loin. Nous n'en sommes pas, Saki et moi, à notre premier déplacement en quête de nouveaux espaces, quite à ce qu'ils soient sans eau chaude, sans soleil et même sans ciel, pourvu que nous puissions conserver notre précieuse animalité. La nature sauvage de Saki et la mienne sont entrelacées depuis six ans aujourd'hui et rien ni personne ne nous séparera jamais. Rien ni personne ne nous civilisera, non plus. Que les quadrupèdes humains hautement domestiquées s'écartent de notre chemin, nous ne voulons plus aucune relation avec cette espèce aux mœurs aussi sophistiquées que dépravées. Qu'ils aillent mourir !